Petites scènes de travail invisible par le «Teatro dell’oppresso»

Pauline Mancini / Italie